Notice Bibliographique

Fondation Robert Schuman
  • Auteur : Thierry Chopin
  • Date : 16/04/2018
  • Type : Policy paper
  • Thèmes :
    • Droits fondamentaux

Démocratie, laïcité et liberté religieuse : quels équilibres?

Les attentats qui ont frappé la France ont rouvert le débat sur son identité et sur la place des religions, notamment de l'islam, au sein de la société française. Ce débat conduit à interroger les ressources des valeurs républicaines dans le monde actuel et leur potentiel pratique. Sur le plan de la fraternité, la défiance a remplacé au sein de la société française le court interlude de la France " black blanc beur " de la fin des années 90 et du début des années 2000. De son côté, le désir d'égalité renvoie à la question de la non-discrimination et de la solidarité, mais aussi de la fin des privilèges et des corporatismes dans une société de rentes qui engendre de multiples frustrations. Simultanément se pose la question de la place dans nos sociétés de la jeunesse, y compris celle issue de familles immigrées, qui fait face à des difficultés pour entrer sur le marché du travail, trouver son indépendance matérielle mais aussi satisfaire son besoin d'idéal face à une absence de projet mobilisateur. Enfin, la mobilisation du 11 janvier 2015 montre que la liberté peut être un puissant moteur de lien social quand on prend conscience qu'elle ne va pas de soi. C'est bien ce principe de liberté qui a réuni les Français et, au-delà des frontières hexagonales, maints Européens, alors que très largement les libertés politiques étaient considérées par le monde politique comme acquises - tandis que la liberté économique était mal considérée notamment en France car renvoyée à l'ultra (ou néo) libéralisme et donc jugée incompatible avec l'idéal d'égalité. Or, de manière croissante, de nombreux citoyens font l'expérience concrète des limites de cette liberté ; c'est le cas notamment dans les banlieues où les libertés individuelles sont menacées par diverses formes d'insécurité mais aussi par un fondamentalisme qui nie ces libertés.

 

Ces questionnements dépassent largement la France et présentent une dimension européenne. Après les attentats terroristes dans plusieurs Etats membres de l'Union européenne, au plan français comme au plan européen, ces événements peuvent soit unir soit diviser. La solidarité et l'unité doivent l'emporter mais il est à craindre que ces nouvelles tragédies accentuent encore davantage non seulement les divisions au sein de la société française mais aussi dans d'autres pays européens - voire entre les pays européens ; lorsque ce type d'événements se produit dans des sociétés " en bonne santé ", il est difficile de s'en remettre ; dans des sociétés fragilisées par des crises successives, c'est encore bien plus compliqué. Dans un tel contexte, au-delà de la lutte contre le terrorisme par des moyens militaires à l'extérieur et par des moyens de police et de justice à l'intérieur, les événements actuels posent au moins une question fondamentale pour la cohésion de la société, dont l'unité est plus que jamais nécessaire face aux crises affectent : celle de la place des citoyens de culture musulmane dans les sociétés européennes. Dans la mesure où le débat sur une question aussi épineuse est trop souvent polarisé entre des positions radicales, les réflexions qui suivent n'ont d'autre but que de fournir quelques repères permettant de s'orienter dans le questionnement sur les rapports entre liberté et croyance religieuse et ce en rappelant quelques principes clés au fondement des démocraties libérales européennes qu'il faut réaffirmer.

Consulter le document

Zoom sur

concours.jpg jeunes_01.jpg